Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Les formations de sensibilisation à la radicalisation ont débuté !
Actions sur le document

Les formations de sensibilisation à la radicalisation ont débuté !

Depuis septembre, des formations de sensibilisation à la radicalisation sont menées à l’initiative de la Ville de Huy où un référent radicalisme vient prendre ses fonctions.

Intégré au sein du service Prévention de la Ville, Andrea Polizzi, le référent radicalisme, est chargé d’aller à la rencontre des acteurs de terrain qui sont susceptibles d’être confrontés à des personnes radicalisées. Les personnes qui suivent ou seront amenées à suivre cette formation sont des agents communaux, des membres d’ASBL, le corps enseignant, des agents du CPAS ou encore des travailleurs sociaux.

La mission d’Andrea Polizzi, un juriste de 25 ans, qui a toujours développé un fort intérêt pour la radicalisation, le terrorisme et plus largement la géopolitique, est de permettre aux acteurs de terrain de détecter rapidement des signes de radicalisation au sein du public avec lequel ils travaillent.

Avec cette formation de deux heures, les participants auront une vue d’ensemble du phénomène et conscience de la complexité inhérente à cette problématique, ce qui devrait leur permettre d’éviter certains amalgames.

Lors de cette formation, des définitions de termes comme le radicalisme ou encore l’islamisme sont détaillées. Un historique du phénomène et les facteurs de radicalisation sont exposés. Les signes de radicalisation ou encore le vocabulaire utilisé par des personnes radicalisées sont passés en revue. Les participants prennent également connaissance des meilleures façons de réagir en cas de suspicion de radicalisation.

Si la Ville de Huy a pu engager un référent radicalisme et lancer les formations c’est parce que le gouvernement wallon lui a récemment accordé un subside de 50.400 euros. Ce subside doit lui permettre de développer sa politique relative à la prévention de la radicalisation.

« Même si la ville de Huy n’est pas confrontée à des problèmes de radicalisation violente, le collège a souhaité s’engager dans une démarche multidisciplinaire de détection, d’identification et de prévention de la radicalisation violente car le contexte actuel impose d’être extrêmement vigilant à toute forme de radicalisme », commente le député-bourgmestre Christophe Collignon.

Avant l’arrivée du référent radicalisme, des mesures étaient déjà prises à Huy afin de lutter contre le phénomène de radicalisation. C’était notamment le cas au sein de la zone de police de Huy et du service Prévention mais aussi par le biais d’une plateforme pluridisciplinaire de concertation dénommée Cellule de Sécurité intégrale locale (CSIL).