Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Université du Temps Disponible
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Aînés / Université du Temps Disponible / Cours / Histoire des religions
Actions sur le document

Histoire des religions

2019

Cours de Marcel Rainkin

"Sur les chemins du sacré"
Après l'étude des religions premières et disparues, nous poursuivrons, en ce début d'année, celle des religions orientales.
 
Reprise des grands concepts des upanishad : karma, samsâra, atman, brahman. Programme du renonçant (samnyasin) : le salut par la gnose et par le détachement absolu. Il y a dans la vie quatre objectifs fondamentaux (artha : ex. kâma, le désir sexuel, d'où kâma-soutra)  et quatre étapes (ashrama) dont la dernière est celle de la libération (moksha) par rapport au cycle des renaissances.La conception indienne du temps est cyclique : petits cycles !yuga) et grands cycles (kalpa).  Le cycle création-conservation- destruction (et recréation) du monde, sous la triple action de Brahma, Vishnou et Shiva, exprime le rapport de l'univers au brahman (fondement de toute chose, absolu).
 
Bhagavad-Gîtâ : le chant du Bienheureux Seigneur. Cette petite section de la grande épopée du Mahâbhârata est le traité spirituel le plus célèbre de l'Inde. La BhG, qui est un dialogue entre le roi Arjuna et Krishna, avatar de Vishnou, oppose la voie de la Connaissance (jnana-yoga) et la voie de  l'Action (karma-yoga). Celle-ci est la meilleure voie, à condition d"'agir sans agir", à l'imitation du Seigneur. La BhG enseigne la bhakti, la communion avec le Seigneur, la participation effective à son action et à sa béatitude. La bhakti est ouverte à tous, hommes et femmes, de toutes castes.
 
Le tantrisme est un courant qui traverse aussi bien l'hindouisme que le bouddhisme. Il place au centre de sa doctrine "celle qui a toujours été considérée comme le principal obstacle pour atteindre le Soi : la femme" (P. Feuga). Le but poursuivi par le tantrika est d'atteindre le Point Sublime, origine et résolution de toute chose, au moyen de l'union amoureuse avec la Déesse. Dans le tantrisme de la Main Droite, le processus s'accomplit sur un mode purement symbolique et intériorisé. Dans le tantrisme de la Main Gauche, l'union prend la forme d'un accomplissement réel avec une femme de chair. "Par elle on connaît la Conscience en tant que brahman sans second."
Marcel Rainkin, docteur en philosophie et lettres, diplômé en sciences des religions, professeur retraité de la Haute Ecole de la Province de Liège, professeur d’histoire des religions et d’anthropologie sociale à l’Université du Troisième Age de Liège.

FRAIS DE PARTICIPATION AU COURS : 45 euros pour l'année académique 

Dates des cours : les mardis à 10h

  • 1 octobre
  • 5 novembre
  • 3 décembre
  • Cours de Marcel Rainkin

La religion des Mésopotamiens

Dans cette religion anthropomorphiste, le service divin est d'ordre matériel. Les dieux sont logés, meublés, fournis de biens, promenés et nourris (quatre repas par jour !). Des animaux étaient immolés. Les rituels prescrivaient aussi des libations (eau ou autre liquide) et des fumigations de plantes aromatiques.

L'hindouisme (1)

"Hindouisme" désigne soit l'ensemble, soit la période la plus récente de la religion indienne. Pour la partie la plus ancienne, on parlera soit de brahmanisme, soit de védisme. 
Pour l'essentiel, l'hindouisme s'est limité au sous-continent indien. Comme tradition religieuse, il ne fait qu'un avec la civilisation indienne. A la différence du bouddhisme, ce n'est pas une religion universaliste ou missionnaire. Cependant, autant l'hindouisme est géographiquement délimité, autant il est divers à l'intérieur de lui-même. On pourrait parler d'une fédération de religions. L'hindouisme est un archipel. 
Dans un premier temps, nous parlerons du védisme et de la tradition du dharma. Sanâtana Dharma : l'ordre perpétuel du monde. A ce niveau, l'hindouisme est par excellence la religion du sacrifice et, sous le nom de brahmanisme, il s'appuie sur les structures traditionnelles de la société indienne (castes).

L'hindouisme (2)

L'époque des Upanishad a vu se développer une réflexion originale sur la notion de karma (toute espèce d'action volontaire). La loi du karma entraîne le flux incessant des morts et des (re)naissances, le samsâra. A cette découverte négative (faite également par le bouddhisme et le jaïnisme à la même époque) s'ajoute une découverte positive : au-dessous de la surface changeante des choses, il y a une réalité d'un autre ordre. Celle-ci échappe à la naissance et à la mort, elle n'est pas soumise à l'impermanence. On lui donne le nom d'âtman (Soi). Les Upanishad posent un lien entre l'âtman et le brahman (l'absolu sans nom, Cela).L'homme naturel est ignorant de cette non dualité. On ne sort de l'ignorance que par la pratique réglée de la méditation et le renoncement au monde.

Dates des cours : les mardis à 10h

  • 2 avril
  • 7 mai
  • 4 juin

Cours de Marcel Rainkin

Les Pythagoriciens

Il s'agit à la fois d'une société secrète et d'une société savante. Les Pythagoriciens formaient une sorte d'ordre monastique, une secte religieuse et morale acceptant les femmes et les étrangers et pratiquant un ascétisme aristocratique dont la finalité est d'échapper au cycle des réincarnations. On peut rapprocher la secte des cultes mystériques dont nous parlerons par la suite.
Par ailleurs la communauté pratiquait une arithmologie sacrée, des spéculations mystiques sur les nombres considérés comme les principes des choses. Le monde est un cosmos équilibré et harmonieux. Qu'on se rappelle le théorème de Pythagore ! 

Les cultes mystériques

La religion des Grecs est une religion civique. A côté des cultes officiels rendus aux divinités protectrices de la cité, les cultes mystériques représentent des choix personnels. Musterion, mysterium : culte secret à initiation.
On peut citer : les mystères d'Eleusis autour du couple Déméter-Corè; les mystères de Dionysos, "le dieu qui affole les femmes" (voir les fresques de la Villa dei misteri à Pompei); les mystères orphiques qui exploitent le mythe de Dionysos tué et dépecé par les Titans, et ressuscité dans son intégrité par Déméter; enfin les mystères de Mithra, le dieu tauroctone, Sol invictus, dont la naissance était célébrée le 25 décembre.
Peut-on considérer la franc-maçonnerie comme le dernier des cultes mystériques ?

La religion égyptienne

Nous étudierons d'abord l'étrange polythéisme égyptien, et sa tendance au monothéisme qui culmine avec la réforme avortée d'Akhenaton. Celui-ci est-il le fondateur du monothéisme? 
Nous évoquerons ensuite le "voyage vers l'immortalité" autour du mythe d'Osiris, le premier mort et la première momie, devenu le dieu des morts.
Enfin il faudra évoquer la spectaculaire montée en puissance du personnage d'Isis, épouse d'Osiris et mère d'Horus, reine et magicienne, qui fera l'objet d'un culte mystérique à l'époque hellénistique.

Dates des cours : les mardis à 10h

  • 8 janvier
  • 5 février
  • 5 mars

2018

 

Cours de Marcel Rainkin

« Sur les chemins du sacré »

L'origine des religions et la notion de sacré

Les premiers anthropologues, tous évolutionnistes, posaient la question de l'origine de la religion. Ils ont produit un certain nombre de théories parmi lesquelles on distingue théories psychologiques et théories sociologiques. Au cours du XXe siècle, une révolution est intervenue dans le domaine des sciences des religions : elle a consisté à envisager le fait religieux dans son essentialité, dans sa spécificité. Le fait religieux est une manifestation du sacré, une hiérophanie. Selon les différentes religions, le sacré apparaît soit comme manifestation cosmique, soit comme révélation historique et proclamation.

Des religions préhistoriques?

Peut-on parler de religion au paléolithique? Le Néandertalien pratique l'inhumation selon des rites : on peut supposer une croyance à une vie post mortem. Mais des questions subsistent. Autres questions pendantes : y a-t-il un culte du "seigneur des animaux"? Qu'en est-il des "Vénus paléolithiques"? Quelles interprétations peut-on proposer de l'art pariétal? Faut-il privilégier l'interprétation chamanique? Qu'est-ce qui subsiste aujourd'hui du chamanisme, "cette technique parmi les plus anciennes pour entrer en contact avec le monde des esprits" (Mircea Eliade) ?

Les Indo-européens et la religion des Grecs

Les Indo-européens ne sont pas seulement à l'origine des langues parlées par près de la moitié de l'humanité. Ils ont aussi transmis une vision du monde particulière caractérisée par ce que Georges Dumézil appelle la trifonctionnalité (fonction souveraine et fonction guerrière, d'une part, fonction productive, d'autre part, soumise aux deux premières). Le polythéisme structuré des Grecs et leur riche mythologie reflètent cette idéologie, qui semble ignorer les notions d'absolu et de transcendance. Nous aborderons un certain nombre de ces récits fondateurs qui tiennent lieu à la fois de théologie et de sagesse. 
 
Marcel Rainkin, docteur en philosophie et lettres, diplômé en sciences des religions, professeur retraité de la Haute Ecole de la Province de Liège, professeur d’histoire des religions et d’anthropologie sociale à l’Université du Troisième Age de Liège.
 
FRAIS DE PARTICIPATION AU COURS : 45 euros pour l'année académique. 

Dates des cours : les mardis à 10h

  • 2 octobre
  • 6 novembre
  • 4 décembre

 
 

UTD

37, Rue Sous-le-château
4500 Huy

085/25 44 59

dXRkQGh1eS5iZQ==

Horaire

Localisation