Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Université du Temps Disponible
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Aînés / Université du Temps Disponible / Cours / Anthropologie du monde contemporain
Actions sur le document

Anthropologie du monde contemporain

Par Collignon Geoffrey Dernière modification 11/09/2022 08:15

Année académique 2022-2023

Cours de Marcel Rainkin

Marcel Rainkin, docteur en philosophie et lettres, diplômé en sciences des religions, professeur retraité de la Haute Ecole de la Province de Liège et de l'Université du Troisième Age de Liège.

 

FRAIS DE PARTICIPATION AU COURS : 45 euros pour l'année académique

 

Un choix parmi les thèmes suivants :

- Le génocide rwandais

- Roms, Tsiganes, Bohémiens : la dernière société nomade d'Occident

- Les Droits humains : une idéologie en proie au soupçon

- L'homme et l'animal. De la Bible à Darwin. Humanisme et animalisme

- Masques

- Gens de peu, gens de la haute : deux cultures face à face

- Couleurs

- Amour et sexualité : de l'Antiquité au monde contemporain

- Les sociétés secrètes

- Approche socio-anthropologique de la religion

- Le père Noël : un rite néo-païen

- Etre vieux ici et là

- L'humour : quelques considérations

- La cuisine et l'homme. La cuisine, moteur de l'évolution ? L'agro-alimentaire et la malbouffe

- Civilisation européenne. La valeur liberté. Les Indo-Européens, nos ancêtres ?

- Méditerranée : un entassement de cultures et un héritage civilisationnel

- Les premiers hommes ... et nous

- Notions d'anthropologie écologique. "Notre maison brûle." La société civile contre le Marché et l'Etat. Le triangle de Kolm. A. Gorz et l'écologie politique

- Guerre des civilisations ? Discussion de la thèse de Huntington.

Dates des cours : les jeudis à 10h : 13/10, 17/11, 15/12, 19/01, 02/02, 16/03, 13/04, 01/06, 15/06

 

2022

Cours de Marcel Rainkin

Marcel Rainkin, docteur en philosophie et lettres, diplômé en sciences des religions, professeur retraité de la Haute Ecole de la Province de Liège et de l'Université du Troisième Age de Liège.

 

FRAIS DE PARTICIPATION AU COURS : 45 euros pour l'année académique

 

Eléments d'anthropologie économique : la théorie formaliste et l'homo oeconomicus (la "forme" de l'économie est la même partout) et la théorie substantiviste (l'économie est "encastrée" dans la substance de la société). Outre le marché, deux formes d'intégration des activités économiques : la réciprocité et la redistribution. La première société d'abondance et des loisirs : les chasseurs-cueilleurs (Stone Age Economics).

Le tout-marché et les trois étapes de la marchandisation du monde : le travail, la monnaie, la nature ; et les trois contre-mouvements de la société : l'organisation des travailleurs, la Sécurité sociale et le New Deal capital-travail, le mouvement écologiste. La dernière mondialisation et le fondamentalisme de marché. "Le monde n'est pas une marchandise."

La domination masculine : la forme archétypique de la domination. Le mythe du matriarcat (Mutterrecht). Pourquoi les hommes ont-ils dominé les femmes ? La théorie de Françoise Héritier.

Féminisme universaliste et féminisme différentialiste. Le mouvement #metoo et le néo-féminisme "woke".

Le féminicide, un crime spécifique.

Dates des cours : les jeudis à 10h
1er trimestre :
13 janvier
10 février 
24 mars
 
2ème trimestre :
7 avril
5 mai
2 juin

 

2021

Cours de Marcel Rainkin

Marcel Rainkin, docteur en philosophie et lettres, diplômé en sciences des religions, professeur retraité de la Haute Ecole de la Province de Liège et de l'Université du Troisième Age de Liège.

 

FRAIS DE PARTICIPATION AU COURS : 45 euros pour l'année académique

 

Le cours consistera en une approche pluridisciplinaire, à l'interface des sciences sociales et de la philosophie, des grandes problématiques d'aujourd'hui : la crise sanitaire, la mondialisation, le réchauffement climatique d'origine anthropique, la révolution écologiste, le nouveau féminisme et le féminicide, le mouvement décolonial et le nouvel antiracisme, le tourisme de masse, etc.
A propos de la pandémie
Que d'événements et "faits divers" depuis un an ! 
Loin de la cacophonie des mesures prises et de la bataille des chiffres, nous verrons dans la crise sanitaire le moteur d'une révolution anthropologique. Le virus émergent est intimement lié à la mondialisation (tourisme de masse), comme les suivants le seront sans doute au réchauffement climatique d'origine anthropique (fonte du permafrost). Au-delà du confinement, la crise sanitaire annonce un bouleversement des conditions de travail et des relations sociales (montée des violences, par ex-conjugales et familiales). Verrons-nous l'avènement d'un ordre sanitaire liberticide, avec ou sans l'assentiment des masses? Ou bien, au contraire, la mise en cause effective du dogme économique d'une croissance illimitée et d'une société de consommation de masse? 
 
La mondialisation (1)
Ceci fait la jonction avec le point précédent. Tout d'abord nous retracerons rapidement l'histoire du capitalisme (qu'on appelle pudiquement l'économie) au cours du XXe siècle. Avec le fordisme (organisation scientifique du travail ou taylorisation) et le partage des gains de productivité, le capitalisme de crises du XXe siècle s'est mué en "consumer capitalisme": massification du crédit, standardisation des comportements des consommateurs via le marketing. Les années 80 verront triompher la révolution néo-libérale. Le capitalisme anglo-saxon opère une séparation entre capitalisme industriel et capitalisme financier, et procède à des investissements massifs dans les pays émergents. A la désindustrialisation du Vieux Monde, les délocalisations aidant, correspond l'extension universelle du modèle consommationniste.
 
La mondialisation (2)
La globalisation de l'économie a ses perdants : les classes populaires (et certaines classes moyennes) des pays développés. D'où la montée des national-populismes (Trump ou Le Pen). Deux mouvements en sens inverse : un mouvement d'intégration des rapports économiques et un mouvement de segmentation politique et culturelle, lequel se fait toujours sur une base identitaire (ethnique ou religieuse). L'autre mouvement contestataire est celui des écologistes qui dénoncent dans une croissance incontrôlée le pillage de la planète et ses retombées sur l'environnement et les liens sociaux.

Dates des cours : les jeudis à 10h
7 octobre
4 novembre
2 décembre

 

2020

Cours de Marcel Rainkin

Marcel Rainkin, docteur en philosophie et lettres, diplômé en sciences des religions, professeur retraité de la Haute Ecole de la Province de Liège et de l'Université du Troisième Age de Liège.

 

FRAIS DE PARTICIPATION AU COURS : 45 euros pour l'année académique

 

Le cours consistera en une approche pluridisciplinaire, à l'interface des sciences sociales et de la philosophie, des grandes problématiques d'aujourd'hui : la crise sanitaire, la mondialisation, le réchauffement climatique d'origine anthropique, la révolution écologiste, le nouveau féminisme et le féminicide, le mouvement décolonial et le nouvel antiracisme, le tourisme de masse, etc.
A propos de la pandémie
Loin de la cacophonie des mesures prises et de la bataille des chiffres, nous verrons dans la crise sanitaire le moteur d'une révolution anthropologique. Le virus émergent est intimement lié à la mondialisation (tourisme de masse), comme les suivants le seront sans doute au réchauffement climatique d'origine anthropique (fonte du permafrost). Au-delà du confinement, la crise sanitaire annonce un bouleversement des conditions de travail et des relations sociales (montée des violences, par ex-conjugales et familiales). Verrons-nous l'avènement d'un ordre sanitaire liberticide, avec ou sans l'assentiment des masses? Ou bien, au contraire, la mise en cause effective du dogme économique d'une croissance illimitée et d'une société de consommation de masse? 
 
La mondialisation (1)
Ceci fait la jonction avec le point précédent. Tout d'abord nous retracerons rapidement l'histoire du capitalisme (qu'on appelle pudiquement l'économie) au cours du XXe siècle. Avec le fordisme (organisation scientifique du travail ou taylorisation) et le partage des gains de productivité, le capitalisme de crises du XXe siècle s'est mué en "consumer capitalisme": massification du crédit, standardisation des comportements des consommateurs via le marketing. Les années 80 verront triompher la révolution néo-libérale. Le capitalisme anglo-saxon opère une séparation entre capitalisme industriel et capitalisme financier, et procède à des investissements massifs dans les pays émergents. A la désindustrialisation du Vieux Monde, les délocalisations aidant, correspond l'extension universelle du modèle consommationniste.
 
La mondialisation (2)
La globalisation de l'économie a ses perdants : les classes populaires (et certaines classes moyennes) des pays développés. D'où la montée des national-populismes (Trump ou Le Pen). Deux mouvements en sens inverse : un mouvement d'intégration des rapports économiques et un mouvement de segmentation politique et culturelle, lequel se fait toujours sur une base identitaire (ethnique ou religieuse). L'autre mouvement contestataire est celui des écologistes qui dénoncent dans une croissance incontrôlée le pillage de la planète et ses retombées sur l'environnement et les liens sociaux.

Dates des cours : les jeudis à 10h
8 octobre
5 novembre
3 décembre
UTD

37, Rue Sous-le-château
4500 Huy

085/25 44 59

dXRkQGh1eS5iZQ==

Horaire

Localisation