Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Mise à grand gabarit du site éclusier
Actions sur le document

Mise à grand gabarit du site éclusier

Par Vanbrabant Anne Dernière modification 09/11/2021 11:45

Ce 8 novembre, la toute nouvelle écluse de taille moyenne (225X12,5 mètres = capacité de 4.500 tonnes) construite sur le site éclusier d’Ampsin-Neuville, est entrée en phase dite « probatoire » en accueillant son premier bateau. D’ici deux mois environ, elle sera officiellement ouverte à la navigation.

 

Une image contenant ciel, extérieur, quai

Description générée automatiquementY2lkOmltYWdlMDA0LmpwZ0AwMUQ3RDRCNS5ERDM1MzVFMA==" id="Image_x0020_14" src="https://mail.huy.be/service/home/~/?auth=co&id=46446&part=2.4&t=1636453058876" style="width:604px; height:403px"/>

 

Cette phase probatoire est nécessaire pour s’assurer du bon fonctionnement de la nouvelle écluse et consiste à réaliser une série de tests pendant la navigation. Pendant cette période d’environ deux mois, cent cycles consécutifs, sans avarie, devront avoir été effectués avant de pouvoir officiellement ouvrir l’écluse à la navigation. Cette phase probatoire devrait s’achever dans le courant du mois de janvier, date à laquelle les autorités compétentes et acteurs impliqués dans ce dossier inaugureront l’écluse lors d’une conférence de presse. Un point complet sur la totalité du chantier et une présentation détaillée de l’installation y seront effectués.

 

Ensuite, les travaux se poursuivront par le démantèlement de l’écluse de 136x16 mètres en service depuis 1958. Cette dernière sera remplacée par une grande écluse de 225x25 mètres (capacité de 9.000 tonnes). Pendant les deux années nécessaires à la réalisation de cette infrastructure de grand gabarit, la nouvelle écluse de 225X12,5 mètres assurera la navigation.

 

Pour rappel

Ampsin-Neuville est le 3e site éclusier de Wallonie en termes de marchandises transportées. Grâce au maintien de la navigation pendant le chantier, en 2020, 7,73 millions de tonnes de marchandises ont transité par l’écluse d’Ampsin-Neuville.

 

Situé sur la Meuse, sur les communes de Huy et d’Amay, le site éclusier d’Ampsin-Neuville est le dernier goulet d’étranglement présent sur la voie navigable reliant Namur aux ports maritimes d’Anvers et du nord de l’Europe.

 

Le site était à l’origine équipé de deux écluses mises en service en 1958 : une écluse de gabarit moyen (136 x 16 m) et une écluse de petit gabarit (55 x 7,5 m).

Ces deux écluses présentaient des dimensions inférieures à celles des sites amont et aval. Il était donc nécessaire de les remplacer par deux nouvelles écluses « grand gabarit » (225X12,5 mètres et 225X25 mètres) pour réduire les temps d’attente des bateliers et permettre le passage de bateaux de plus grands gabarits.

 

Les travaux, entamés à l’été 2018, se déroulent en deux phases de façon à garantir le passage des bateaux :

  • Remplacement de l’écluse 55 x 7,5 m par une écluse de 225 x 12,5m (capacité de 4.500 tonnes  = 225 camions de 20 tonnes).

C’est la phase qui s’achève actuellement.

  • Remplacement de l’écluse 136 x 16 m par une écluse de 225 x 25 m (= capacité de 9.000 tonnes = 450 camions de 20 tonnes).

Elle constitue l’objectif final des travaux. Sa mise en service est programmée pour la fin de l’année 2023. Il restera alors quelques travaux de parachèvement électromécaniques à réaliser au début de l’année 2024.

 

Ces travaux permettront également à terme d'enrichir le cadre de vie des usagers, cyclistes, et promeneurs :

 

  • La N90 sera sécurisée et son tracé modifié pour permettre la mise à grand gabarit du site ;
  • La passerelle, qui relie les communes d'Amay et de Huy, sera remplacée et allongée pour franchir la route nationale. Elle sera munie de rampes d'accès qui rejoindront les pistes cyclables existantes ;
  • La rive gauche, en aval du site, sera aménagée pour lui conférer un caractère plus naturel;
  • Une nouvelle échelle à poissons, véritable rivière artificielle, permettra aux diverses espèces de franchir le barrage et à certaines d'entre elles de disposer de zones de reproduction.

****

La SOFICO est le maître d’ouvrage de ces travaux adjugés pour un budget global d’environ €138 millions HTVA, qu’elle finance avec l’aide d’un prêt remboursable octroyé par la BEI ainsi qu’un subside octroyé par la Commission européenne dans le cadre du programme CEF (Connecting Europe Facility).

 

Le SPW Mobilité et Infrastructures, maître d’œuvre des travaux, apporte son assistance technique à la SOFICO.

 

Enfin, c’est l’entreprise DUCHENE qui est en charge de l’exécution de la partie génie civil de ce chantier et l’entreprise AGIDENS de l’électromécanique.