Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Des chèques pour injecter un million dans l’économie locale
Actions sur le document

Des chèques pour injecter un million dans l’économie locale

Le collège communal de Huy a décidé de soutenir le pouvoir d’achat des Hutois et d’aider à la relance économique des commerces en éditant deux types de chèques : des chèques solidaires et des chèques relance commerce.

De la sorte, c’est un peu moins d’un million (960.000 euros) qui devrait être injecté dans le commerce hutois.

« Le collège, en plus des mesures d’exonération, a voulu trouver le moyen de soutenir ceux qui sont le pus en difficulté lors de cette crise en aidant de manière plus importante encore les familles monoparentales et en apportant un soutien au tissu économique », explique Christophe Collignon, député-bourgmestre.

Concrètement, les chèques solidaires auront une valeur faciale de 10 euros. Les catégories concernées sont les personnes qui étaient bénéficiaires du RIS ou de la GRAPA à la date du 1er avril, les personnes qui étaient demandeuses d’emploi indemnisées à la date du 1er avril, les personnes qui totalisent au moins 15 jours de chômage temporaire au cours de la période s’étendant du 15 mars au 15 mai. Ces catégories recevront quatre chèques de 10 euros, soit 40 euros. Les familles monoparentales issues d’une de ces catégories en recevront six, soit 60 euros. Ce sont 160.000 euros de chèques à utiliser dans les commerces locaux qui seront de la sorte accordés à ceux qui sont le plus touchés par la crise et qui ont perdu du pouvoir d’achat.

Les chèques relance commerce auront aussi une valeur faciale de 10 euros mais seront vendus aux Hutois au prix de 8 euros. En procédant de cette manière, la Ville peut soutenir la relance de l’économie locale à concurrence de cinq fois le montant qu’elle financeChaque ménage pourra acquérir au maximum huit chèques. Ces chèques représentent un chiffre d’affaire de 800.000 euros pour le commerce local et le coût de la mesure pour la Ville est de 160.000 euros.

Ces mesures s’ajoutent au panel de mesures déjà prises depuis le début de la crise (exonération des acteurs du secteur horeca qui sont restés à l’arrêt depuis le début de la crise de la taxe sur les terrasses et de la taxe sur les débits de boissons, suspension des loyers des établissements horeca établis dans des bâtiments communaux, suspension des taxes et redevances sur les marchés, les foires et les agences de pari le temps de la crise et aide à la fédération des commerçants…).

Parallèlement à ces mesures visant à soutenir le commerce, les services de la Ville réalisent un relevé des secteurs les plus durement touchés par la crise afin de proposer à moyen terme un plan de soutien et de relance secteur par secteur. Une attention particulière est portée au tourisme et au secteur associatif.