Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Une cure de jouvence de huit mois pour le Bassinia
Actions sur le document

Une cure de jouvence de huit mois pour le Bassinia

La restauration du Bassinia, monument classé depuis 1933 et inscrit sur la liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie en 1999, débutera en mai. Les sociétés qui sont chargées de mener cette restauration viennent de recevoir l'ordre de débuter le chantier. Les travaux de restauration qui ont été divisés en deux lots devraient durer huit mois.

Cette restauration s'est avérée nécessaire car la base en pierre du Bassinia avait bougé. Ce mouvement avait entraîné les structures en fer fixées sur les pierres et dès lors, les fers ajoutés au 20e siècle se rapprochaient dangereusement de la tête du personnage central. Certaines bases de tourelles étaient cassées, d'autres avaient été remplacées. Des feuillages en bronze  étaient cassés ou présentaient des parties manquantes. Les éléments métalliques souffraient de problèmes de corrosion, le bassin et les têtes de lion étaient très oxydés et partiellement couverts de calcaire.  Les petits personnages et les tourelles présentaient des signes de corrosion.

Face à cet état important de dégradation, les autorités communales avaient pris la décision, en concertation avec le SPW – DGO4, d’entamer une vaste campagne d’étude et de restauration du monument, patrimoine de la collectivité. Le Bassinia avait alors fait l’objet d’un examen général et approfondi, suite à son démontage à l’automne 2009. Outre le traitement de corrosion et l'élimination de l'importante couche de calcaire, d'autres aspects ont été pris en considération, comme la vérification des structures en fer à l'intérieur de la partie centrale, l'identification du métal des tourelles et des personnages.  

Le premier lot prévoit la restauration et le remontage des maçonneries, la réfection des systèmes hydraulique et électrique, un nouvel aménagement en pavés autour de la fontaine, la pose d'éclairage avec spots LED et le placement de quatre bancs amovibles en acier. Des quatre côtés de la fontaine, des bancs en acier galvanisé seront installés. Ils formeront une sorte de barrière naturelle. C'est l'entreprise Liégeois, de Battice, qui effectuera cette partie du chantier dont le coût est de 185.759 euros. Elle débutera les travaux dès le 2 mai.

Le second lot concerne la restauration des ouvrages métalliques (la ferronnerie et la chaudronnerie). Cette restauration sera relativement légère dans la mesure où les études techniques et scientifiques ont démontré que les métaux, en eux-mêmes, présentaient un bon état de conservation. Cette partie de la restauration débutera quant à elle le 16 mai. C'est l'entreprise Metafosse de Borgerhout qui réalisera cette partie du chantier dont le coût est de 192.753 euros. Afin de permettre à la Région wallonne de suivre l'évolution de ce chantier, la société réalisera sa mission dans un entrepôt sécurisé tenue secret en région hutoise.

Bien que la section régionale de la Commission des Monuments et Sites aie remis un avis défavorable sur la repose de la fontaine sur la Grand-Place pour des raisons de sécurité et de protection contre le vol, le Comité d'Accompagnement constitué dans le cadre de la demande de certificat de Patrimoine, a finalement décidé du maintien, dans son intégralité, du monument sur la Grand-Place.                                                                                 

Un peu d'histoire

Considérée comme une des quatre merveilles de Huy, cette fontaine publique a longtemps alimenté en eau potable la place du Grand-Marché.  Datant de 1406, c'est vers 1700 que le nom de Bassinia lui est attribué.

Le bassin central, en bronze, constitue la partie la plus ancienne de la fontaine, qui est alimentée par une source située dans le quartier Sainte-Catherine et ce, depuis ses origines. Le circuit s'effectue de manière naturelle, à l'exception des périodes de sécheresse pendant lesquelles le débit de l'eau est insuffisant et nécessite l'aide ponctuelle d'une pompe. Le bronze du bassin proviendrait de la fonte de la célèbre cloche hutoise Marie Hideuse, ainsi baptisée parce que sonnant les mauvaises nouvelles et les catastrophes depuis le beffroi aujourd'hui disparu.

Outre la cuve d'époque, il y aussi les quatre personnages en ronde-bosse rappelant divers épisodes historiques de la cité mosane : Sainte Catherine, originaire d'Alexandrie, dont le culte s'est répandu en Occident dès le XIIe siècle.  L'église tenue dans la main gauche de la statuette rappelle celle qui a été érigée en l'honneur de la sainte dans le quartier Sainte-Catherine, dont la source alimente la fontaine. Sont également présents saint Mengold, second patron de la Ville, décédé en 862, ainsi que saint Domitien, évêque de Tongres et de Maastricht et premier patron de la Ville de Huy.  Dans la main droite il tient un calice et dans l'autre, un évangéliaire. Terminons avec Ansfried, dernier comte de la cité, qui céda la ville à Notger en 985. En 1597, le pilier central avait été orné d'un autre personnage, le  Cwèrneû, un joueur de trompe, guetteur et sonneur du beffroi.

Des ferronneries viennent couronner le bassin en 1733, dues au maître Gabriel Levasseur, artiste serrurier.  L'aigle bicéphale souligne l'appartenance de la Principauté de Liège au Saint-Empire germanique sous l'Ancien Régime. Des bassins en pierre complètent l'ensemble au 18e siècle, entièrement rénovés en 1881.  Des inscriptions célèbrent les noms des bourgmestres ayant œuvré à l'érection et au maintien du Bassinia.

Découverte exceptionnelle et classement de la source du Bassinia

Le démontage intégral du monument a permis de vérifier le système d'égouttage de l'eau provenant de la source de Sainte-Catherine et de mettre à jour la fontaine originelle qui est actuellement visible sur la Grand-Place.
Des fouilles archéologiques ont été menées à cette occasion.

Une demande de classement de la source du Bassinia, située dans le quartier de Sainte-Catherine, et du bâtiment l’abritant, de la même époque que la fontaine, avait alors été introduite. L'extension du classement a été reconnu le 14 juin 2013 : le captage et sa tourelle sont classés comme monument et le tracé supposé du chenal d’adduction comme site, pour son intérêt archéologique. L’ensemble constitue, avec la fontaine, un ouvrage hydraulique médiéval remarquable.

La fontaine médiévale est alimentée par un puits de captage situé environ un kilomètre en amont, dans la vallée du Hoyoux. Situé à l’époque sur un terrain privé, le puits avait été exproprié pour un usage public contre certains avantages décrits dans un acte de 1407 qui entérine cette décision.

Grand Place + bassinia by CG

Bassinia 01

thumbnail (2)

B1

B2

B3